nov
09

Fibromyalgie et shiatsu

Fibromyalgie et shiatsu

La fibromyalgie est le terme qui désigne le syndrome polyalgique idiopathique diffus (SPID). Le nom « fibromyalgie » vient de : «fibro» qui veut dire tissus fibreux (comme les tendons et ligaments), «my» qui veut dire muscle et «algie» qui signifie «douleur». L’efficacité des traitements de fibromyalgie conventionnels est limitée. Mais de nombreuses autres voies offrent des solutions.


La fibromyalgie est une affection chronique, douloureuse, non articulaire impliquant surtout les muscles. Cette affection est encore peu connue du grand public et même de certains intervenants du domaine de la santé. On donne à la fibromyalgie le nom de « syndrome » plutôt que « maladie » puisqu’elle est constituée d’un ensemble de symptômes liés entre eux. On la définit comme une déficience chronique caractérisée par une douleur répandue, diffuse et la présence de points sensibles à la palpation situés à des endroits précis sur le corps. Selon la médecine conventionnelle, pour poser un diagnostic, il faut qu’au moins onze points sensibles sur dix-huit réagissent à une simple pression du doigt, et que la personne ressente des douleurs généralisées depuis au moins trois mois.  Aucun test de laboratoire ne peut diagnostiquer la fibromyalgie, mais par mesure de prévention, certains examens sont pratiqués pour exclure certaines maladies, dont les symptômes sont similaires.

Points test :

Parmi les symptômes, nous retrouvons :
*Des douleurs musculo-squelettiques diffuses et persistantes, à plusieurs endroits du corps.
*Les variations de température (humidité,froid, air climatisé)
*Le stress.
*Une fatigue générale.    
*Des troubles du sommeil.  
*Des maux de tête récurrents.     
*Un dysfonctionnement neurologique.
Ces symptômes sont invisibles, de longue durée, et dans bien des cas, ne se résorbent pas avec le temps. 

La fibromyalgie frappe majoritairement les femmes entre 30 et 50 ans mais de plus en plus d’homme s’en plaignent. Elle s’installe progressivement et l’impact du syndrome est important sur la vie personnelle, sociale et professionnelle des personnes atteintes qui doivent réaménager la gestion de leur santé et de leur énergie. Il leur arrive souvent de devoir changer d’emploi, diminuer leur temps de travail ou l’abandonner complètement. Dans ces conditions, on voit fréquemment apparaître des sentiments tels que la peur ou l’insécurité ainsi que des symptômes tels que l’anxiété, la déprime et la détresse profonde. Cela a comme conséquence d’augmenter l’isolement et le repli sur soi. Son quotidien peut être très lourd à vivre si la personne ne se sent pas comprise et n’est pas soutenue par son entourage immédiat.

La douleur chronique maintient le corps dans un état de tension, de stress, qui tend lui-même à aggraver les douleurs. C’est pourquoi il est important pour les personnes atteintes de douleur chronique de se créer un environnement peu stressant physiquement et psychologiquement.

Presque toutes les personnes atteintes de douleur chronique souffrent de tensions musculaires. La douleur peut être d’origine musculaire mais il arrive souvent que les tensions musculaires soient une réaction naturelle de défense contre le mal qu’on ressent.

Le shiatsu permet réduire le stress et l’anxiété par son effet relaxant, à condition qu’il soit pratiqué par un praticien expérimenté. Lors de la première séance, on n’utilise peu ou pas de pressions par pouces ou doigts, mais des pressions de paumes pour rassurer et entrer en contact harmonieux avec le corps afin de d’instaurer la confiance au toucher. Un shiatsu fluidique en somme qui sera aussi utilisé en cas de crise ou de phase dite « chaude ». On évitera aussi de laisser la personne trop longtemps sur le ventre. On pourra traiter plus précisément, si c’est possible, V60 (le point « aspirine ») F3 (diffuseur d’endorphines) GI4 et 11 (qui chassent l’inflammation).

Ensuite, en phase de rémission ou « froide », où les douleurs sont moins fortes, il est possible d’agir plus en profondeur et de traiter différents symptômes dans la même séance. Pour les insomnies en suivant le méridiens de la Vessie (insister sur V62), pour la fatigue en traitant E36, RP4 et 6, tonifier le ventre et ouvrir le thorax (RM), équilibrer le système nerveux et psychique, travailler sur les extrémités, harmoniser le coeur (MC), les reins et les émotions.

L’écoute des réactions, l’observation et la présence du praticien est l’aspect le plus important lors d’un traitement shiatsu en général et particulièrement  en ce qui concerne le syndrome de fibromyalgie. 

La pratique du Tai-Chi, du Qi Gong ou de la méditation aide aussi souvent.

En Aromathérapie : Basilic, Lavandin, Gaulthérie sur les points névralgiques. Eucalyptus radiata, épinette noire, lavande aspic sur la colonne lombaire.

Et n’oubliez pas qu’à chaque changement de saison, quelques séances de massage sont le gage d’une santé bien plus résistante.

Alors… Bon massages.

J-L Wibaut

KidomaShiatsu

fév
07

Au coeur de l’hivers, Shiatsu et nutrition : Pour tenir jusqu’au printemps !

 

Nous voici arrivé au coeur de l’hivers. Enfin nous voyons les jours s’allonger ! Mais c’est aussi le moment où nos réserves énergétiques sont au plus bas.

L’hiver correspond à la fin du cycle annuel avant la renaissance du printemps. C’est le temps du repos et de l’intériorisation, le « yin du yin ». Il est sage de ralentir son mode de vie et de chercher à suivre le rythme de la nature qui s’est endormie. Aucun processus ne peut demeurer en permanence dans l’activité et le mouvement : le repos n’est pas l’arrêt ou la diminution de la vie : il en est un des moments le plus important, celui qui permet de se ressourcer pour pouvoir repartir avec entrain au printemps.

Voici quelques conseils pour terminer cette saison sans épuiser nos réserves :

– L’hiver est associé à la Vessie et aux Reins et donc à l’élément Eau : attention donc aux cystites et à la rétention d’eau… Pensons à boire chaud : c’est la saison des tisanes, thés, bouillons etc.

– En cas de déséquilibre de ces organes, nous pouvons observer des problèmes aux dents (caries, déchaussements…), aux cheveux (pertes de cheveux, cheveux secs…) et aux oreilles (accouphènes, problème d’audition, etc).  Soyons-y attentifs.

– Au niveau émotionnel, évitons les peurs excessives, ainsi que toute difficulté d’adaptation. Pour gérer ces tensions émotionnelles, nous pouvons réapprendre à nous faire confiance : shiatsu, sophrologie, aromathérapie, psychothérapie… sont des techniques efficaces pour améliorer la confiance en soi ! Le manque de volonté est également un symptôme de déséquilibre. Lorsque nous commençons une activité, prenons soin de la faire jusqu’au bout !

– Consommons des aliments de nature « salée », et de saison : légumes « tubercules » ou « racines » (carottes, navets, pommes de terre, topinambour…), légumineuses (lentilles, etc.), poissons, fruits de mer, châtaignes… et,  plutôt que les agrumes, choisissez pommes, poires et fruits secs…
Privilégions les aliments chauds et cuits.

– Etirons les méridiens Vessie et Reins :

Position : Assis, les jambes tendues et les pieds joints, placer les mains près des fesses et se soulever, bras tendus, redescendre en se plaçant bien en appui sur les ischions (os des fesses).

Mouvement : Étirer les bras vers le bas, puis pencher le buste sur l’avant avec l’idée de poser la poitrine sur les cuisses. Suivez le principe d’étirement du souffle à l’expiration pour amener progressivement le ventre vers l’avant des cuisses. Tenez la position à l’inspire pour progresser lors de l’expire. Recommencez ainsi 5 ou 6 respirations.

– Les Reins, qui sont notre réserve énergétique, ont besoin d’être renforcés : n’hésitons pas à bien nous couvrir, surtout au niveau des lombaires, et pourquoi pas, à nous mettre le soir venu, une bonne bouillotte dans le creux du dos

– La fatigue doit être un signal d’alarme, surtout pendant cette saison. Prenons soin de nous coucher tôt en hiver ! Prenons le temps de méditer, de lire ou simplement de rêver.

– Au mois de février, les populations de l’hémisphère nord atteignent leur taux le plus bas de vitamine D de l’année, parce que beaucoup de gens ne se sont plus sérieusement exposées au soleil depuis maintenant 5 mois. Si vous n’avez pas commencé votre cure de vitamine D, il est grand temps !

– Et pour finir, …n’hésitez pas à vous offrir un massage !

Jean-Louis Wibaut

KIDOMASHIATSU

déc
22

Citation

On a demandé au Dalaï-Lama: « Qu’est-ce qui vous surprend le plus dans l’humanité? »

Il a répondu: « Les hommes… Parce qu’ils perdent la santé pour accumuler de l’argent, ensuite ils perdent de l’argent pour retrouver la santé. Et à penser anxieusement au futur, ils en oublient le présent de telle sorte qu’ils finissent par non vivre ni le présent, ni le futur. Ils vivent comme s’ils n’allaient jamais mourir… et meurent comme s’ils n’avaient jamais vécu. »

sept
21

News rentrée 2012

Depuis la rentrée de septembre 2012, il est désormais possible de recevoir tous les massages proposés par Vanina Dony, membre comme moi du réseau Biloba (réseau professionnel qui regroupe les meilleurs masseurs professionnels et thérapeutes alternatifs de Belgique) à mon cabinet de Tilly. Après des études d’institutrice, Vanina Dony a suivi plusieurs formations en kinésiologie. Par la suite, Vanina s’est orientée dans l’apprentissage de nombreuses techniques de massage (principalement ayurvédiques) car l’intuition y occupe une place plus importante. Parce que le massage est un art, un art dont elle maîtrise différentes techniques, je vous conseille vivement de venir découvrir la qualité de ses massages indiens. Cliquez sur le lien vers son site (Om Vani) pour plus de détails et prises de rendez-vous.

nov
09

Philosophie et éthique.

Philosophie et éthique pour KidomaShiatsu :

Dans la pratique du Shiatsu il ne faut pas se focaliser sur le but à atteindre ni vouloir un résultat immédiat. L’impatience ou la volonté de dominer un symptôme ou une maladie sont incompatibles avec l’esprit même du Shiatsu.

Cette dimension philosophique est inhérente à une attitude juste du praticien. Il n’est ni un sorcier, ni un magicien, ni un dogmatique gourou. S’il veut travailler efficacement, il doit développer une capacité d’écoute du corps de l’autre, d’ouverture à la sensation de ses tensions et déséquilibres, aussi bien physiques qu’énergétiques, sans analyse de valeur ou aucune forme de jugement. Le thérapeute ne doit donc pas chercher à traiter directement un déséquilibre qu’il pense avoir défini. Il utilisera d’abord le Shiatsu comme une « technique » qui agira de façon globale sur l’énergie du receveur tout en apportant un bien être général. Il ne faut pas oublier que le corps est un ensemble où un déséquilibre ne peut pas exister seul. Chaque expression de manque ou d’excès, chaque forme de déséquilibre, quel qu’il soit, a toujours sa contrepartie.

Le praticien doit donc toujours « écouter » attentivement son patient, être son écho, son miroir. Il doit aller à la source des tensions pour que, petit à petit, elles se dénouent… mais sans rien imposer, car, sinon, la réaction immédiate sera une densification de celles-ci, ce qui est à l’opposé de sa recherche. Il ne faut cependant pas non plus tomber dans l’excès inverse dont le seul résultat à espérer serait une satisfaction purement épidermique, sensuelle ou intellectuelle.

Ethiquement parlant, un thérapeute Shiatsu qui respecte sa pratique et son patient se doit par conséquent d’être présent à ce qu’il fait, d’être disponible, à l’écoute et prêt à l’accueillir.

C’est pourquoi le praticien utilise des techniques de préparation de son corps et de son esprit. Celles-ci vont permettre d’évacuer les stress ou les tensions éventuels dont personne n’est à l’abri. Concentration, respiration, détente sont essentielles mais aussi ouverture, tranquillité et clarté d’esprit. Cet ensemble permettra sa «présence» et la justesse de ses gestes, mais aussi garantira sa qualité d’écoute, de respect et de non-jugement.

oct
25

Bonjour tout le monde !

Bienvenue dans KidomaShiatsu ! !  Si vous avez des commentaires, conseils ou avis, n’hésitez pas à nous en faire part…